[musique] The Veils, du bon rock kiwi pour vous réchauffer

Aujourd’hui, on vous propose de faire un petit retour sur la carrière de The Veils, un excellent groupe de rock néo-zélandais. De quoi se mettre bien au chaud en attendant la reprise la fin de l’hiver !

THE VEILS – Discographie

The Veils – The Runaway Found

Un groupe venu de Nouvelle-Zélande, dont le leader est le très charismatique chanteur et musicien Finn Andrews (son père est Barry Andrews, ancien membre de XTC).

Né dans ce pays de l’hémisphère sud, Finn Andrews quitte l’école très jeune, à seize ans, et décide de vivre à Londres pour y former un groupe et signer un label, et en 2004 sort le premier album des Veils : The Runaway found.

Un premier album très prometteur, où le rock intense et inspiré du trio néo-zélandais fait des merveilles. Si les influences des Smiths ou de Radiohead sont évidentes, la beauté de ce disque est plutôt à rapprocher de celle du Grace de Jeff Buckley.

The Veils – Nux Vomica

A la suite de l’éclatement du groupe quelques temps après, Finn repart en Nouvelle-Zélande pour en reconstituer un nouveau. Deux anciens camarades de classe, Sophia Burn et Liam Gerrard le rejoignent. En 2005, le trio revient à Londres. Dan Raishbrook et Henning Dietz s’y ajoutent.

Ils vont enregistrer le second album Nux Vomica à Los Angeles (produit par Nick Launay) qui sort en septembre 2006 et recevra de nombreux éloges. Si la voix de Finn Andrews est toujours aussi touchante et fragile, le son, quant à lui, prend de l’ampleur, et les compositions sont plus complexes, plus subtiles. Une vraie réussite ! Vous pourrez le constater en écoutant Calliope! ou Advice For Youngs Mothers To Be.

The Veils – Sun GangsThe Veils – Sun Gangs

Sun Gangs, leur dernier album, est sorti en avril 2009. Du rock sombre et puissant, sur lequel se calque superbement la voix d’écorché de Finn, et qui pourrait se rapprocher des influences de Echo and the Bunnymen, loucher vers Arcade Fire, et peut-être Coldplay, mais en beaucoup plus torturé. Ce qui rend son approche moins accessible sans doute, et explique qu’il soit relativement peu connu.

Pour moi, Sun Gangs l’un des meilleurs de ma discographie, par l’ampleur de ses mélodies, et ce son dense et atmosphérique qui ne nous lâche pas facilement. Des textes plutôt lourds où se mêlent mort et douleur, un panel assez varié qui évite l’overdose.

Bref, The Veils est pour ceux qui, comme moi, aiment les riffs parfois agressifs, les batteries lourdes, et les mélopées sauvages. Lyrique et obsédant, violent et merveilleusement désespéré, c’est un peu tout ca, mais prenez le temps d’écouter et vous comprendrez…